L’équitation éthologique est une méthode d’apprentissage particulièrement adaptée à l’éducation des jeunes chevaux, mais qu’est-ce que c’est au juste ? Qui sont les initiateurs de cette méthode ? Quel est le matériel à prévoir ? Par quels exercices commencer ? Découvrez les bases de cette nouvelle pratique fondée sur le comportement du cheval.

Je me suis intéressée à l’équitation éthologique après trente ans d’équitation dite classique dans un club parisien.

Le déclic ?

Je me rendais compte que les chevaux de ce club avaient une vie qui allait à l’encontre de leurs besoins naturels. On le sait tous, ils sont en stalles ou en box pour les plus « chanceux », travaillés deux à trois heures par jour et on les laisse un peu tranquilles au pré pendant l’été, quand cela est possible…

Ces conditions de vie en font des chevaux stressés voire parfois dangereux lors des premières sorties en carrière au printemps. Bref, je rêvais d’une équitation proche des besoins naturels des chevaux, de leur nature, sans avoir l’impression d’imposer ma volonté à ce noble animal.

C’est donc tout naturellement qu’à l’achat de mon jeune cheval de 3 ans, Fuego, je me suis tournée vers l’équitation éthologique.

L’équitation éthologique, c’est quoi au juste ?

L’équitation est un sport, voire un art, qui consiste à obtenir de sa monture des mouvements et des exercices déterminés. C’est un sport qui se pratique en couple, cavalier- cheval, aussi physique que psychique : on partage, on échange, on éprouve un plaisir partagé avec notre cheval.

L’éthologie est une science qui étudie le comportement de l’animal dans son environnement naturel. Elle est fondée sur l’observation, la comparaison et la connaissance de données biologiques, sociologiques, écologiques etc…

L’équitation éthologique est donc une pratique qui tient compte de cette science pour s’exercer. Elle tient compte de la nature du cheval et de son envie de bien faire.

L’apprentissage opérant

La science nous a appris qu’il existait deux modes d’apprentissage :

  • 👉L’apprentissage conditionné, que l’on appelle « pavlovien »

Cet apprentissage crée un réflexe conditionné, il ne fait appel ni à l’initiative ni à l’instinct du cheval. Ça, en éthologie, on oublie.

  • 👉L’apprentissage « opérant », celui qui nous intéresse 😉

On va faire appel à l’apprentissage dit « opérant » du cheval, c’est-à-dire que l’on va faire appel à l’initiative et aux qualités propres de notre cheval. Notre cheval apprend parce qu’il exécute un mouvement demandé comme de lui-même, il y trouve une satisfaction et il en est récompensé.

Un trait commun aux deux apprentissages tout de même ! Et pas des moindres !

La notion de confort/inconfort

Eh oui ! Comme tout le monde, notre cheval aime son confort. Dans notre apprentissage, on va mettre notre cheval dans un léger inconfort ce qui le stimulera à chercher un moyen de retrouver du confort. Par exemple une pression de la main qui lorsque votre cheval cédera au mouvement voulu, s’arrêtera immédiatement.

Si vous voulez vous lancer dans cette aventure, sachez que l’équitation éthologique se pratique d’abord et avant tout à pied ! Eh oui ! C’est à côté de votre cheval que vous pourrez mieux vous familiariser, l’observer.

Le principe est de préparer à pied le travail monté : par la longe, le travail en liberté et les longues rênes.

Les références en matière d’équitation éthologique

Les grands noms de l’équitation éthologique nous viennent des Etats-Unis : Monty Roberts, Pat Parelli et bien d’autres. Notre référence française : Le Haras de la Cense principalement, mais beaucoup de grands noms également.

Monty Roberts est un pionnier de l’équitation éthologique. Il est ce qu’on appelle un chuchoteur 🤠. Sa vie mériterait d’être détaillée, mais elle sera peut-être le sujet d’un prochain article.

En bref, ses longues observations des chevaux lui ont permises de décoder le langage des chevaux qu’il nomme « equus » (traduction du mot « cheval » en latin). Dans des vidéos largement diffusées sur le net vous pourrez observer une technique qu’il a mise en place à partir de ses observations : « le join up ». Autrement dit une technique qui vous permettra de vous connecter à votre cheval.

Voici un extrait éclairant de son livre « L’homme qui sait parler aux chevaux » :

Pat Parelli, encore un américain 😉et chuchoteur également a, lui, décrit 7 jeux à mettre en œuvre avec votre cheval, ce sont ces 7 jeux que nous détaillerons dans la quatrième partie. Ils constituent une excellente base de travail éthologique. Pour moi, ils ont bien débroussaillé le terrain et j’ai pu les mettre en place facilement malgré quelques maladresses de ma part.

J’ai été personnellement aidée d’un coach spécialisé en éthologie, formé au Haras de la Cense, qui a su assurer mes gestes un peu hésitants au début. Après je me suis débrouillée comme une grande 😊.

Les gestes, le langage corporel, c’est ce que perçoit notre cheval, tout est là : les bons gestes pour l’aider à nous comprendre. Dès que le bon geste est accompli, le cheval agit comme par « magie » enfin c’est ce que j’ai ressenti. Mon cheval et moi communiquions et il semblait heureux de faire les exercices, ils représentaient un vrai jeu entre nous.

Le matériel éthologique utile pour votre cheval

Le licol dit « éthologique »

Le licol est une corde marine composée de nœuds, il représente un réel outil pour éduquer son cheval avec précision et efficacité. Ses nœuds sont placés à des endroits précis de manière à ce que lorsque le cavalier agit, le licol exerce une pression à ces endroits. Il oppose ainsi une résistance qui incite le cheval à céder.

⚠ Attention, ce licol très résistant est donc à utiliser de préférence avec une longe munie d’un mousqueton de manière à pouvoir la détacher à tout moment. Bien sûr, on s’en servira avec précaution et jamais à l’attache.

Comment attacher un licol en 6 étapes :

La longe

Elle a la particularité d’être tressée et ronde. Elle possède à son extrémité deux courtes lanières de cuir. Il existe deux longueurs : 3.70 et 7 mètres. Celle de 3.70 mètres peut, doublée dans sa longueur et nouée au licol faire office de rênes.

Le stick

Le stick est une tige rigide se terminant par un anneau qui permet d’attacher une cordelette. Il est utilisé comme un prolongement du bras notamment dans le travail à pied en permettant d’atteindre des zones du corps du cheval en toute sécurité. Il est suffisamment rigide pour permettre de gratter votre cheval d’une manière comparable à votre main.

Pour le travail monté, il permettra de renforcer vos aides.

La cordelette

La cordelette du stick est aussi fine que le licol, elle possède deux courtes lanières en cuir, elle se fixe à l’extrémité du stick grâce à un nœud simple. Elle s’utilise également autour de l’encolure du cheval, pour affiner le contrôle des allures et de la direction.

Des exercices simples : Les 7 jeux de Pat Parelli

Pat Parelli a crée 7 jeux dont le but est de développer une confiance, de mettre en place le respect et les bases du dressage.

Retrouvez bientôt les 7 jeux de Pat Parelli sur notre page dédiée : Ethologie Les 7 jeux.

Conclusion

Basée sur le respect mutuel et la relation Homme, cheval, l’équitation éthologique est une approche qui me plaît. Elle s’est révélée particulièrement efficace sur Fuego car j’ai réussi à régler certains problèmes de comportement et de respect. C’est aussi un vrai travail sur soi pour obtenir des demandes justes et précises. En effet, ce n’est pas évident au début, mais à force de travailler on obtient des résultats spectaculaires ! Notre relation aujourd’hui est plus fluide et complice pour mon plus grand bonheur.

[Total : 3   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire